Spanish | French
Home > Deceased sisters > Adrienne Maisonnueve - Date of death 23/12/2013

Happenings

 

Latest updates

Archive

 


 

 

 




More pictures

Adrienne Maisonnueve

List of deceased Sisters

Date of death 23/12/2013


Sr Adrienne Maisonnueve
16 août 1913 – 23 décembre 2013


Adrienne est née le 16 août 1913 à Boisset, dans la Haute-Loire, dernière enfant de Jean-Baptiste Maisonneuve et de Marie Salanon.

Après plusieurs années dans la branche contemplative des Prémontrés, elle entre dans la branche active des sœurs de Saint-Norbert où elle fait profession le 8 septembre 1947.

Elle passe une année à Tunis puis est envoyée en Amérique du Nord où elle travaille dans un internat de jeunes gens.

En 1958, la congrégation de Saint-Norbert, qui n’a plus de vocation, est dissoute. Mgr de Provenchères, évêque d’Aix en Provence, propose aux sœurs de se joindre aux SMSM. Six d’entre elles acceptent de rentrer chez nous. Sœur Marie Jean Gabriel fait donc profession smsm dans cette chapelle le 9 mars 1960 après une année de noviciat à Sainte-Foy.

Après sa profession smsm, Sœur Marie Jean Gabriel est nommée dans la communauté de Notre Dame, 1 chemin du Signal, où elle va seconder S. Marie Joël (Yvonne Mangard) dans le service d’information, d’animation missionnaire et d’éveil des vocations. S. Adrienne - qui a repris son nom de baptême - garde un très bon souvenir de cette collaboration avec S. Yvonne et celle qui l’a remplacée. C’est durant cette période que se situe un évènement qui l’a beaucoup marquée. En 1971, à l’occasion d’un passage à Lyon, Mère Teresa et une de ses compagnes sont restées deux jours chez nous et elle est toute fière de les avoir accueillies.

En octobre 1973, S. Adrienne est nommée dans la communauté de Saint-Victoret où pendant quinze ans, elle se dévouera sans compter à la paroisse et à la communauté. Tout doit être impeccable et elle ne ménage pas ses forces pour frotter et astiquer. En accord avec le charisme de sa première famille religieuse, elle aime servir l’Eglise dans ses prêtres.

En septembre 1988, elle rejoint les sœurs de La Fare les Oliviers où le souvenir de sa présence reste encore vivace chez les habitants du village. La visite d’une dizaine d’amis venus en juin anticiper son centenaire en est une preuve ! Elle aurait pu aller à l’église les yeux fermés depuis l’impasse du moulin tant elle a parcouru ce chemin pour aller ouvrir et fermer l’église.
Ces dix-sept ans passés à La Fare n’auront été interrompus que par un service à la maison générale à Rome, de septembre 1990 à mai 1991 et un petit séjour à Sainte-Foy pour des soins.

Le 30 novembre 2005, elle arrive dans cette maison (au 41 chemin du Signal) pour prendre une retraite bien méritée. Elle a 92 ans ! Cela ne l’empêche pas de prendre en charge la sacristie avec joie et fierté et ce sera un crève-cœur pour elle de céder sa place cinq ans plus tard.

Depuis quelques années, ses yeux ont beaucoup faibli et une nouvelle souffrance l’habite : ne plus pouvoir lire. Les sœurs lui font souvent la lecture et elle s’intéresse à tout : les nouvelles du monde dans les journaux, celles de son cher diocèse d’Aix et Arles et celles de toute la congrégation.

Ses difficultés respiratoires sont aussi une grande souffrance surtout qu’elle n’accepte guère d’avoir recours à l’oxygène.

Les sœurs de la maison connaissent son énergie pour rester indépendante. « J’ai toujours voulu servir les autres et c’est une douleur pour moi de me faire servir ! » nous disait-elle. Ses nombreux neveux et nièces qui venaient si souvent la voir et auxquels elle était très attachée le savent aussi.

Le 30 novembre, en voulant faire le ménage dans sa chambre, elle tombe et se casse une vertèbre lombaire. Elle doit s’aliter. Les sœurs se relaient auprès d’elle pour la soigner et lui manifester leur affection. Le jeudi 19 après-midi, elle est hospitalisée en court séjour à Pierre Garraud. Le lundi 23 à 11 h 30, le Seigneur répond enfin à son désir profond de Le rejoindre. Sœurs Cristina, Patricia, Annick et Monique sont là pour l’entourer et l’accompagner.

Merci Seigneur, de sa présence parmi nous. Tu nous as donné la joie de fêter son centenaire. Garde-là dans ta PAIX !

Sœur Cristina Giustozzi
Provinciale